Lorsqu’on n’arrive pas à trouver un travail qui répond à nos attentes salariales et à nos perspectives d’avenir, poursuivre les démarches soi-même n’est pas la meilleure démarche à adopter. Il serait plus efficace, dans ce cas, de demander de l’aide. Village-Emploi est un établissement spécialisé dans la formation professionnelle et les techniques de recherche de job. Des formateurs expérimentés vous proposent accompagnement et assistance pour vous montrer comment sortir votre épingle du jeu. Cet article s’intéresse à un document particulier qui vous facilitera votre insertion professionnelle : la lettre de motivation.

Une lettre adaptée à l’offre

Essayons, tout d’abord, de nous mettre d’accord sur un point fondamental mais qui ne semble pas aussi évident pour tous les postulants : la lettre de motivation n’est pas facultative dans un dossier candidature, elle est obligatoire. Car beaucoup de candidats pensent qu’il faut envoyer soit un CV soit une lettre motivation, alors qu’en réalité, ces 2 communications sont complémentaires. La lettre doit renforcer les éléments avancés dans votre curriculum vitae. En d’autres termes, elle est cet espace dans lequel vous pouvez exprimer vos motivations et vos traits de caractère, bref tout ce qui n’a pas été dit dans le premier document.

Selon village de l’emploi avis, Il s’agit là d’un véritable catalyseur pour votre candidature sachant qu’il assure le lien entre le poste à pourvoir et votre CV. Pour cela, cette lettre doit être parfaitement adaptée à l’offre. En ayant ce document devant les yeux, le recruteur doit vite se dire que vous connaissez bien l’entreprise dans laquelle vous souhaitez exercer. Lisez alors les critères du poste et essayez d’en tenir compte au moment où vous rédigez votre lettre. Cela ne veut pas dire que vous allez reproduire mot à mot le contenu de l’offre, mais plutôt utiliser vos propres termes pour monter au destinataire, de manière subtile et intelligente, que vous correspondez parfaitement au profil recherché.

Respecter les règles formelles

Le contenu de votre lettre est indéniablement important mais la forme demeure tout aussi déterminante pour réussir ce document. Dans un premier temps, il convient de signaler que la longueur idéale est d’une seule feuille. Vous pouvez la remplir en recto verso, mais soumettre une lettre de candidature de plusieurs feuilles est le moyen assuré que celle-ci finisse au fond d’un tiroir si ce n’est à la poubelle. La concision montre au recruteur que vous avez l’esprit de synthèse et la capacité d’aller droit au but en évitant les fioritures de styles et de langage. Sachant que les ressources humaines accordent moins d’une minute à l’examen d’un dossier de candidature, vous avez tout intérêt à ne pas susciter l’ennui du lecteur.

Côté forme et présentation, il est important aussi de savoir que vous devez envoyer une lettre sans fautes d’orthographe et de syntaxe. En cas d’hésitation, demandez à quelqu’un de vous relire. Voilà pourquoi au Village-Emploi, une session d’apprentissage spécialement destinée aux techniques de recherche d’emploi est mise en place. Ce volet de la formation permet aux adhérents de perfectionner leur dossier et d’éviter les erreurs rédhibitoires. Des formateurs vous accompagnent pas à pas pour rédiger une lettre professionnelle qui ne comporte ni maladresses de style ni banalités, une lettre conventionnelle avec une touche d’originalité que les recruteurs ne manqueront pas d’apprécier.

Mettre en avant son profil personnel

La lecture du CV suffit, à elle seule, pour indiquer au recruteur tout ce qui caractérise votre parcours académique et professionnel. Ce que vous ne devez pas perdre de vue, c’est que la lettre de motivation n’est pas conçue pour répéter ce qui a déjà été annoncé dans ce document. Elle doit, au contraire, le compléter. Comme dans le CV, les éléments informations sont avancés sous forme de tirets, vous aurez ici l’occasion de formuler vos motivations. Au Village-Emploi, on conseille aux apprenants d’éviter les phrases toutes faites qu’on trouve sur Internet comme : « je suis une personne motivée, ponctuelle et assidue. »

Il serait, sans doute, intéressant de mettre en avant ces qualités, mais évitez à tout prix de le faire en inscrivant ces formules bateaux qu’on retrouve dans 90 % des lettres de motivation. Essayez de montrer au recruteur que vous êtes avez suffisamment de finesse d’esprit pour ne pas tomber dans ce piège. Plutôt que de vous lancer dans un discours élogieux, sélectionnez une expérience professionnelle qui vous semble pertinente dans le cadre de cette offre et tentez de mieux rendre compte de son intérêt pour l’emploi que vous visez. Cela va permettre de mettre en avant votre bon sens et votre rationalité.

Prouvez que vous connaissez bien l’entreprise !

Il n’y a pas pire qu’une lettre de motivation passe-partout qui ne semble destinée à aucun des métiers de l’entreprise en question. L’un des indices qui laisse le recruteur penser que ce document a été utilisé pour différentes candidatures, c’est l’absence de toute référence spécifique à la société. Sur le plan structurel, la lettre de motivation doit comporter un paragraphe complet portant sur l’organisme dans quel vous souhaitez être embauché.

Au village-Emploi, des formateurs vous accompagnent dans vos recherches en vous aidant à trouver quelques informations relatives à l’entreprise, des informations qui vont permettront de valoriser votre candidature et d’augmenter vos chances d’être accepté. Par ailleurs, ne vous mettez pas un poids supplémentaire et inutile en essayant de tout mettre dans la lettre. Il suffit de sélectionner quelques éléments comme la date de lancement, les projets les plus importants, le chiffre d’affaires, les publicités Internet…

Le recruteur sera curieux de vous connaître. Il vous accordera un entretien pour rencontrer ce candidat qui semble intéressé par son entreprise en particulier et non par n’importe quel organisme qui vous voudrait bien de lui.

La question du salaire : faut-il en parler ?

Encore un point qui sera abordé dans la formation Village-Emploi dans le cadre des modules de techniques de recherche de job proposés aux jeunes : la question du salaire. Certains postulants pensent qu’en avançant leurs attentes salariales, ils seront fixés dès le début. Si l’entreprise n’est pas prête à leur accorder la rémunération qu’ils espèrent, ils ne perdront pas de temps dans un entretien qui, dans tous les cas, ne mènera nulle part.

Pour répondre à cette interrogation que bon nombre de candidats se posent, il est vivement conseillé de ne pas évoquer le salaire. Cela donne une très mauvaise impression au recruteur surtout que, peu importe la délicatesse des mots choisis, parler d’argent dans une communication écrite est loin d’être évident. De manière générale, une fourchette est indiquée dans l’offre. Si ce n’est pas le cas, attendez l’entretien d’embauche. Ce moment est idéal pour aborder la question du salaire une fois que vous êtes sûr que votre profil intéresse le recruteur.

Vous aurez même l’occasion de négocier. Cela se passe comme pour dans un contexte commercial. Il faut s’assurer que les 2 parties sont prêtes à effectuer la transaction et qu’elles sont d’accord sur le principe avant d’entrer dans des considérations financières.