En plus d’être une femme de lettre française, Simone de Beauvoir est considérée comme étant la figure du féminisme de son époque. Son œuvre « Le Deuxième sexe » lui a permis de se construire une identité internationale. Même jusqu’à maintenant, elle continue à inspirer de nombreuses jeunes femmes dans le monde entier en raison de son parcours hors du commun. Toutefois, comment s’est déroulée la vie de cette femme exceptionnelle ?

L’enfance de Simone de Beauvoir

Née le 9 janvier 1908 sous le nom de Simone Lucie Ernestine Marie Bertrand de Beauvoir, elle est issue d’une famille aisée et bourgeoise. Sa mère est une fervente catholique dont la foi est inébranlable. L’atmosphère pieuse qui l’entoure a fait d’elle une croyante enivrée par la religion et ce pendant plusieurs années.

À l’âge de 5 ans, elle intègre une école de filles de « bonne famille ». Rapidement, elle se distingue par son intelligence et par son esprit affûté qui fait d’elle la meilleure élève de sa classe. Elle y rencontre Zaza, une enfant aussi brillante qu’elle qui deviendra sa meilleure amie pour toujours.

Elle passe la plupart de ses vacances d’été en Corrèze, dans le parc de Meyrignac. Ses promenades solitaires à la campagne auraient fait ressortir son envie de liberté. En effet, ses romans reflètent son envie de s’émanciper de la société où elle vit. Sur le site lessaintsperes.fr/, vous pouvez acquérir l’une de ses œuvres les plus classiques comme « Le Deuxième sexe ».

Après la Première Guerre mondiale, le déshonneur s’abat sur son foyer car son grand-père fait faillite. Fauchés et sans aucune autre issue, les parents de Beauvoir et ses enfants sont obligés de quitter leur somptueuse demeure. Cette période est particulièrement douloureuse pour l’enfant qui souffre de la situation. Son père la pousse vers les études dans le but de la faire sortir du cercle de la pauvreté. Il lui transmet son amour des livres et lui répète sans cesse que « le plus beau métier est celui d’écrivain ».

L’adolescence et la jeunesse de Simone de Beauvoir

À 14 ans, Simone de Beauvoir abandonne ses croyances, plonge dans ses livres et devient athée. Elle commence alors à voler de ses propres ailes et s’éloigne progressivement de sa famille. Même si elle décide de devenir écrivaine à 15 ans, elle s’orient vers une licence classique après son BAC pour ne pas décevoir sa mère.

Au lieu de la philosophie qu’elle aime tant, elle opte pour les mathématiques et pour les lettres. Au bout d’une année à l’université, elle obtient ses certificats et commence à suivre des cours de philosophie. Grâce à son intelligence, elle réussit sa licence haut la main. Elle commence alors la rédaction de sa mémoire pour obtenir le diplôme d’études supérieures.

À l’université de Paris, elle rencontre Jean-Paul Sartre avec qui elle va nouer une relation mythique et célèbre dans le monde entier. Les deux jeunes gens s’admirent et entament une relation basée sur un pacte. Sartre sera son « amour nécessaire », celui qu’elle admire mais en même temps, chacun d’eux pourra connaître d’autres « amours contingents ». Elle occupe la deuxième place, juste après Sartre, au concours d’agrégation de philosophie en 1929.

La vie d’adulte de Simone de Beauvoir

Après avoir fini leurs études, le couple Sartre-Beauvoir embrasse le milieu professionnel. Pendant que Sartre se trouve affecté au Havre, Simone de Beauvoir obtient un poste à Marseille. Sartre lui demande alors de l’épouser pour qu’elle puisse le suivre mais fidèle à ses idéaux, elle refuse bien qu’elle soit tentée par la proposition au début. Après 1 an de séparation physique avec son amant, elle se fait muter à Rouen l’année suivante.

Même si Beauvoir réfute jusqu’à sa mort le fait qu’elle ait été bisexuelle, il a été prouvé qu’elle a entretenu des relations avec ses élèves mineures. Elle présentait certaines de ces filles à Sartre pour former avec lui un trio ou parfois même un quatuor amoureux.

Simone de Beauvoir a toujours aimé voyager. La plupart de ses romans renferment d’ailleurs une partie de ses escapades à travers le globe. Elle a visité presque en totalité le continent européen et passait ses étés dans d’autres pays. Elle a parcouru l’Afrique, la Chine, le Cuba, le Brésil et l’URSS.

À cause de ses relations peu conventionnelles avec l’une de ses élèves, Simone de Beauvoir est suspendue pour la première fois dans les années 30. En 1943, elle doit de nouveau faire face à une plainte déposée par la mère de l’une de ses élèves. Ce scandale va lui coûter sa place auprès de l’Éducation nationale. Elle va alors se consacrer à sa carrière littéraire.

Un précurseur du mouvement féministe

Féministe dans l’âme, Simone de Beauvoir a toujours clamé haut et fort son combat pour la libération de la femme. Au moment où ce mouvement était encore en plein essor, elle s’affirmait déjà sur les pages de couverture.

En 1949, elle publie son essai « Le Deuxième Sexe », centré sur la philosophie et sur le féminisme. Il deviendra rapidement le symbole de cette idéologie et se vendra en millions d’exemplaires. Elle pointe du doigt la considération de la femme dans la société et accuse le fait qu’elle soit traitée comme étant un objet sexuel.

Elle exige l’égalité et ose parler des droits comme l’avortement qui était encore un sujet tabou à l’époque. Elle réfute l’idée du mariage qu’elle considère comme étant une « institution bourgeoise aussi répugnante que la prostitution ».

La grande dame s’éteint le 14 avril 1986 en présence de sa fille adoptive, Sylvie Le Bon et de son amant de l’époque, Claude Lanzmann. Son corps repose désormais auprès de son amour de toujours, Jean-Paul Sartre.