Voulez-vous développer votre entreprise à l’international ? Contrairement à ce que beaucoup de personnes pensent, le développement dans d’autres pays se rapporte à toutes les entreprises, incluant les TPE. Il existe de nombreuses raisons pour en faire : accroître la notoriété de sa marque, développer son chiffre d’affaires, se positionner sur un marché. Pourtant, cela ne se fait pas par hasard. Les sociétés connues au niveau international ont fourni beaucoup d’efforts pour pouvoir être à leur positionnement actuel. Comment donc développer son entreprise à l’international ? Pour réussir votre activité à l’étranger, il est indispensable de mettre en œuvre une stratégie rigoureuse et d’appliquer les bons relais.

Évaluer votre capacité de vous avancer

Avant même de l’indispensable étude de marché, le développement d’entreprise à l’international demande une bonne étude de l’offre. Pour cela une société doit effectuer une prospection soutenue. À ce stade, elle doit renforcer ses points forts, parce que les risques sont assez élevés. Étant donné que l’importance mondiale est plus exigeante, la qualité de la production doit être également optimisée. C’est pour cette raison que les outils performants comme dans le Business France sont nécessaires. Il faut également analyser la concurrence. Votre entreprise doit proposer des offres adaptées aux demandes de la clientèle cible ainsi qu’aux évolutions du marché afin de se démarquer de votre compétiteur. Ces derniers feront également tout ce qu’ils peuvent faire pour offrir de meilleurs produits. Il faut donc évaluer votre capacité à vous lancer avant la conquête de nouveaux clients à l’international. Pour en faire, il est nécessaire de passer à une phase d’introspection en demandant si votre entreprise est prête, si elle est dans la possibilité d’accroître sa production, de maintenir la route en ce qui concerne la compétitivité et la qualité. Il faut se demander aussi si l’entreprise dispose les ressources humaines propres à relever le défi de l’exportation, de s’occuper de la complexité administrative induite. Et enfin si vos finances permettent de s’engager suffisamment, et d’effectuer le dos rond jusqu’à ce que vos efforts paient. Les sites de french tech vous donnent plus d’information à ce sujet.

Bien étudier les pays visés

Après avoir constaté que le diagnostic est favorable, vous pouvez passer à la deuxième étape concernant l’étude de marché. Les techniques marketing au niveau international sont distincts aux celles du niveau national. Les entreprises qui souhaitent se développer à l’international doivent connaître certaines stratégies du commerce à l’étranger. Plusieurs caractéristiques doivent être prises en compte pour un produit commercialisé au marché mondial (langue utilisée, emballage, particularités culturelles…). À propos de la distribution, la sélection des canaux doit se faire avec considération. La stratégie marketing à prendre dépend aussi des pays cibles pour développer son entreprise internationale. Avant d’en choisir, il est préférable de préparer le terrain. La connaissance d’un nouveau marché est toujours une condition à une installation à l’étranger, même si un pays semble proche en matière de langue, de géographie ou de culture. Il convient donc d’en bien étudier le potentiel, les attentes, les modes de distribution, le degré de maturité. Il faut se renseigner aussi sur toutes les contraintes comme les politiques, économiques, sociales des pays cibles. Pour évaluer les possibilités de développer une entreprise à l’international, le chef d’entreprise peut aller dans le pays. Le french tech peut vous aider dans votre projet en fonction du niveau de votre situation

Financer votre projet

Même si le développement à l’international est ouvert aux entreprises de toutes tailles et aux TPE, il coûte cher. Cela nécessite un financement bien cadré pour assurer la réussite. Pour cela, il est indispensable d’établir un business plan comptant tous les systèmes de financement du projet et tous les coûts, de façon exhaustive. Le chef d’entreprise doit effectuer toutes les aides possibles au préalable pour avoir une idée claire des différents leviers. Si ses fonds propres sont insuffisants, l’entreprise peut coopérer avec des bailleurs de fonds. Ainsi, ces derniers peuvent fournir les fonds nécessaires pour lancer l’activité, en concluant un accord avec la société. Divers organismes comme le Business France peut accompagner le dirigeant dans ses démarches à l’export et lui faire profiter de dispositifs spécifiques tels que l’assurance de vos investissements à l’étranger. Il faut prendre en compte également que les plans fiscaux au niveau international ne sont pas les mêmes. Il y a par exemple des pays qui appliquent des taxes important pour des produits importés. Le prix change souvent les frais de douanes, le taux de change et le coût de transport.