Les couvre-joints font partie de ces éléments qui requièrent une grande précision de description afin de satisfaire les attentes du projet de construction. Parle-t-on de largeur, d’amplitude, de variation ? Des fonctions spécifiques viennent-elles compléter le couvre-joint ? Toutes ces distinctions ont leur importance dans le choix du couvre-joint de dilatation.

Quels sont les mouvements admis par le couvre-joint de dilatation ?

Il est essentiel de pouvoir connaître les valeurs précises concernant la largeur du joint et les dimensions de l’amplitude admise. Au moment de choisir le couvre-joint, il est tout aussi important de spécifier les dimensions indiquées par le projet de construction. La valeur de référence utilisée pour la sélection du joint peut refléter des réalités différentes. Ainsi, l’acheteur doit se renseigner pour savoir s’il s’agit de la largeur du joint en l’état, ou de la valeur de sa variation maximale, par exemple.

 

Quelles sont les fonctions spécifiques du couvre-joint ? 

Certains couvre-joints de dilatation peuvent être mis en œuvre avec un système de barrière phonique ou d’étanchéité. D’autres sont complétés par un système coupe-feu. Quelle que soit la fonction ajoutée, la présence de l’accessoire doit être prise en compte dans la considération des dimensions du couvre-joint. L’élément additionnel et l’espace qu’il occupe empiètent sur celui qui autorise l’amplitude de mouvement initialement calculée. Dans ce cas de figure, il est important de se rapprocher du fabricant. L’objectif étant d’évaluer la compression maximale admise par le couvre-joint de dilatation et son accessoire au sein de la structure.

 

Quelle est la destination du couvre-joint sur l’ouvrage ?

La position du couvre-joint de dilatation sur l’ouvrage est susceptible de faire varier les critères de sélection.

Selon l’emplacement du couvre-joint, celui-ci pourra être complété par l’installation d’un bourrelet coupe-feu. Cela peut être le cas lorsque le joint sépare deux volumes entre lesquels la propagation des flammes et des fumées doit être maîtrisée pour la sécurité des individus. La cohabitation entre la solution coupe-feu et le couvre-joint de dilatation doit soulever les questionnements dimensionnels précédemment évoqués.

Dans les bâtiments recevant un public fragile, comme les hôpitaux ou les maisons de retraite, un certain niveau d’hygiène est attendu. Cela signifie que les dimensions du couvre-joint de dilatation et sa forme doivent garantir une planéité maximale avec le revêtement de sol. L’absence de rehaussement à l’endroit du couvre-joint offre de meilleures conditions de nettoyage. Une surface parfaitement plane prévient également l’accumulation de résidus et d’humidité dans des interstices difficiles d’accès. 

Certains ouvrages comme les parkings ou les bâtiments renfermant des activités industrielles ou de stockage, sont soumis à des contraintes de poids importantes au niveau des sols. Les couvre-joints de dilatation mis en œuvre doivent alors être en mesure de résister aux déplacements et aux stationnements de charges lourdes.

Le taux d’humidité ambiante peut faire partie des critères déterminant dans le choix du couvre-joint de dilatation. Les solutions mises en œuvre en milieu humide ou exposées aux intempéries doivent alors afficher des propriétés adaptées à l’environnement visé. 

Enfin, la destination du couvre-joint de dilatation peut également soulever des questions d’ordre esthétique. Dans ce cas, la solution doit pouvoir être recouverte ou camouflée sans contrainte et sans que cela n’affecte les performances du produit.