Je m’excuse d’être noire tout d’abord pour ma couleur de peau. Il est vrai que je suis noire mais pas assez clair pour ressembler à une antillaise (comme on me l’a dit tellement). Ma couleur de peau est la première chose que l’on voit… qu’on remarque, qui est visible… une minorité visible. Je m’excuse de ne pas avoir choisi cette couleur qui dérange tant. Elle dérange parce qu’en ma présence on ne peut plus faire de blagues sur les Noirs, sur les étrangers. Parce qu’avec cette couleur de peau, l’autre aura toujours le sentiment que je suis une « victime de… » même si je me sens bien dans mon corps, dans ma vie, dans ma tête.x

Je m’excuse d’être noire pour ma culture, ou mes cultures. A croire que la couleur de peau définit une personne & sa culture, son histoire… ainsi je connais toutes les contrées du pays de l’Afrique puisque je suis noire… Oups, c’est vrai que depuis très récemment, l’Afrique n’est plus un pays mais une multitude de pays. Heureusement que Arte était là ! Mais attendez, il n’y a pas des noirs qu’en Afrique ? Mais d’où viens-tu alors ? Du même pays que toi… Non je veux dire, en vrai, tes origines… Je viens des Antilles par mes parents, du Cameroun, du Ghana, du Congo, de la Côte d’Ivoire, du Sénégal & du Mali par mes amis, je viens de l’Inde & de la Corée du Sud par ma curiosité, je viens de l’Amérique du Sud & du Nord par la musique… Ah mais oui, on vous a pas dit, la culture n’est pas définie par une couleur de peau…

Je m’excuse d’être noire pour ces vêtements que je porte, ces accessoires ethniques, faits par des rastas sur la plage de St Anne (Guadeloupe). Je m’excuse de venir au travail avec la carte de l’Afrique à mes oreilles, avec la Guadeloupe qui pend à mon coup, avec du wax ou du madras sur ma tête, avec ces vêtements colorés dits « exotiques ». Je m’excuse de vouloir porté visiblement mon appartenance à telles ou telles contrées du monde.

Je m’excuse d’être noire pour l’accent que je peux prendre quand je suis en colère (je ne contrôle plus rien là), pour les expressions pas française & mes mots sortis tout droit du créole. Je m’excuse encore pour mes nombreux tchip non calculés, pour mes regards de noires (soit-disant).

Je m’excuse d’être noire encore pour vouloir parler créole quand je me rencontre des antillais. Je m’excuse de défendre cette langue (et non pas un patois !!!!!!), une langue magnifique mais malheureusement pas assez pratiquée entre Antillais et pas assez mise en valeur.

Mais cette fois je m’excuse d’être Antillaise, Guadeloupéenne pour défendre mon pays… non pas mon département mais bien mon pays, pour défendre sa culture, son identité, sa langue, son économie, pour vouloir que toutes les inégalités disparaissent, pour vouloir plus d’autonomie pour un pays, une île qui est selon moi beaucoup trop dépendante de sa mère adoptive la France.

Je m’excuse de beaucoup de choses qui font de moi quelqu’un de différent. Je ne suis pas uniquement que ça, mais c’est bien souvent ce que les gens voient à travers mon comportement, mon attitude, mes regards, mes discours.

Je ne me prends point pour Aimée Césaire qui est trop grand pour moi. Vous aurez compris qu’ici je ne m’excuse pas vraiment mais je mets en évidences des choses que je vois autour de moi… je ne ressens pas tout cela comme du racisme mais plutôt comme une ignorance bien affligeante.

Pourquoi cet article ? Tout simplement parce qu’un jour un collègue est rentré dans mon bureau, m’a vu avec du madras sur ma tête et m’a appelé « La compagnie créole », tout simplement parce qu’on m’a appelé Jackson 5, tout simplement parce qu’on m’a appelé Lauryn Hill, tout simplement parce qu’on m’a montré à maintes reprises à quel point je suis différente. Ainsi je m’excuse de cette différence qui gène tant les autres… même si cette différence pour moi n’en ai pas une… même si tous les jours que Dieu fait et me permet de vivre, je vis bien avec ce que je suis… qui je suis…