Je ne sais pas à quoi je m’attendais spécialement en allant chez Macy’s…Ou plutôt, je sais, c’est bien là le problème.

Je m’étais imaginée qu’un aussi grand temple de la consommation décelait sûrement quelque chose d’unique, sans jamais mettre de mots là-dessus. Puis en feuilletant le guide du routard de New York (Ne me jugez pas, on me l’a offert comme si je partais explorer le mont Kivu), j’apprends que cet immense espace est un incontournable pour quiconque souhaite faire du shopping à New York. Craignant même de devoir dépenser plus que prévu, je prends peu d’espèces sur moi en m’y rendant. Je m’excuse pour la pauvre qualité des photos, je les prenais en cachette, ce qui n’est pas une mince affaire vu la taille de l’appareil, bref.

Une fois sur place, que dire…..

Rez-de-chaussée entièrement consacré à la parfumerie (rien à redire) et à la maroquinerie un peu bizarre. Comme entrée en matière, j’ai vraiment connu mieux. COACH, Longchamp,Louis Vuitton..même la sélection de produits de ces marques n’est pas terrible du tout. Ne m’attardant pas là, je file voir les vêtements. Après tout, le plus grand magasin de la grosse pomme ne peut quand même pas être parfait, mais ne peut pas être naze non plus.

Spectacle de désolation. J’ai beau arpenter les rayons, m’attarder sur les pièces, je suis sidérée par le choix des marques distribuées, tout comme par les pièces en elles-mêmes. De la fourrure flashy, des rayures à profusion, l’assemblage des looks sur les mannequins est horrible, les couleurs criardes, les imprimés sur des coupes hasardeuses..bref, je fais rapidement la tête de l’enfant à qui on vient de gâcher sa surprise. Et puis je monte à l’étage suivant. Puis l’étage d’après..triste constat.

Alors, j’exagère un brin c’est vrai, les pièces de chez I.N.C. (choisies par Anna Dello Russo) sont pour certaines, de très bons basiques mais le nombre de bonnes pièces par rapport à l’espace de vente est juste incroyablement ridicule.

Je file même, par désespoir, du côté des Soldes (on ne sait jamais)..

 

Une succession de fringues plus laides les unes plus que les autres, au point où je me demande comment elles ont d’abord pu être vendues en rayons avant de se retrouver là. Et c’est peut-être cela qui m’a fait réfléchir. C’est de voir autant de monde se bousculer pour acheter… Du coup, j’en arrive à me dire, soit j’ai des goûts vraiment particuliers, soit la clientèle américaine moyenne a des goûts douteux en matière de Mode.

Alors bien sûr, PERSONNE ne détient le bon goût absolu et peut-être que si j’étais d’origine américaine, je n’aurais pas cette position. Mais tout de même. Je pars du principe (cela n’engage que moi), qu’entre le Beau et le Laid, il y a une espèce de juste milieu où l’on s’accorde à dire que tel objet est plus ou moins beau ou non. Par exemple, des sabots UGG avec de la fourrure rose, des clous sur le côté et un talon en bois verni, je suis désolée, c’est LAID, peu importe l’angle de vue (je parle de l’esthétisme, pas de la praticité ou de l’accessibilité en termes de prix). Je me répète, la loi des goûts et des couleurs etc, je connais. Mais ici, j’ai comme l’impression qu’il n’y a pas de nuance, à chaque fois que je vais dans une boutique et que je regarde les acheteuses (désolée, déformation d’étudiante en Marketing & Comportement d’achats), elles vont toujours chercher les PIRES pièces du magasin. Parfois, elles passent devant de belles blouses en soie..pour aller chercher le t-shirt “JUICY COUTURE” avec la couture et le logo couleur or. J’ai observé cela dans chaque magasin, peu importe la gamme de prix, le quartier, le style.

Quand je regarde Macy’s et que je lui cherche des comparaisons françaises, les Galeries Lafayette et/ou Citadium me viennent à l’esprit, bien que ces deux soient en moyenne plus chers en termes de marques distribuées. Ceci étant, le merchandising et les marques sélectionnées sont quand même hautement plus qualitatives dans ce qu’elles proposent. Alors, problème de cible ? Peut-être que finalement, Macy’s n’est pas un “grand magasin” avec l’espèce de “noblesse” que cela comprend, mais plutôt un centre commercial géant. Ou peut-être que je devrais trouver satisfaction chez Bergdorf, Barneys et Saks (encore faudrait-il que je puisse pouvoir me l’offrir huh..).

Ce qui est sûr, je vous recommande d’y aller histoire de dire que vous y avez fait un tour, mais question shopping: note négative, même pas la peine de s’y arrêter.