La semaine dernière, le Nigéria célébrait les 51 ans de son indépendance. Ce que j’en ai retenu par les commentaires entendus et lus, c’est que ce peuple est résolument tourné vers le futur. Peu de discours passéistes, peu d’atermoiements, il était surtout question de voir ce que le “Géant de l’Afrique” –de par sa population– serait d’ici 10, 20, 30 ans. Les Nigérians m’ont l’air conscients des nombreux problèmes que connaissent leur nation (Insécurité, problèmes religieux, répartition des richesses..), mais à la différence de certains de leurs voisins, ils n’ont pas peur de les affronter. Vous le savez, je  développe une sorte de passion pour ce pays, au même titre que le Ghana, que j’alimente quasi-quotidiennement en lisant, en écoutant leur musique ou encore en regardant des films qui y sont produits. Cette fierté de vouloir partager et rendre leur culture accessible à tous est devenue progressivement contagieuse . A vrai dire, j’ai découvert l’existence d’un “Volontarisme” à l’Africaine qui touche tous les secteurs économiques, des business les plus formels à ceux qui sont plus..futiles. Je le répète, il y a encore du chemin à faire mais la vision, l’ambition, et finalement le concept “Sky is the limit” sont autant de choses que je retrouve dans ces deux pays qui constituent l’axe “GhaNaija”. Et c’est ce même volontarisme qui fait tellement défaut dans mon pays de naissance, qui se trouve à même pas une heure et demie de vol de là.

En attendant donc de m’y rendre, je continue quotidiennement de me renseigner, d’apprendre , de comprendre, et lorsque j’ai entendu dire que la diaspora nigériane de New York organisait une parade suivie d’un concert pour fêter leur indépendance, j’ai bien sûr sauté sur l’occasion. Je m’y suis rendue hier, dans un parc situé entre la 47ème et 2nd Ave. J’appréhendais de leur demander de prendre la pose pour moi, mais j’ai eu une réponse positive à chaque fois, et j’ai également eu l’occasion d’avoir une discussion très intéressante avec certaines jeunes filles quant à la fierté d’être nigérian et surtout, pourquoi elles croyaient autant à l’avenir de cette nation. Côté ambiance, de bonnes odeurs de grillades (que je n’ai pas eu le temps de goûter), de la bonne musique (Wizkid, D’Banj, Ice Prince..), beaucoup de monde et quelques pas de danse qui me seraient impossible de reproduire !

Joyeux anniversaire au Nigéria donc. Je ne serai peut-être plus là pour le voir, mais j’ai la foi que ce pays réalisera de grandes choses pour le continent africain et pourquoi pas, pour le monde.